Il y a quelques jours, pour permettre à notre petit bonhomme Dylan (11 mois!) de voir des animaux, nous sommes allés au Zoo de Vincennes au sud de Paris. J’avais quelques a priori au sujet de ce zoo mais nous avons voulu malgré tout y faire une petite sortie en famille et profiter du beau temps. Déjà y aller un dimanche ensoleillé en voiture est une très mauvaise idée compte tenu du peu de places disponibles pour se garer aux alentours du parc… Ensuite nous avons trouvé l’entrée relativement chère (20€ par personne), mais je me réjouissais malgré tout de parcourir ce lieu qui pour moi serait un vrai dépaysement et l’occasion de passer une après-midi près des animaux.

J’ai trouvé très intéressante la façon dont ils ont pensé et organisé ce parc. Se divisant en 5 biozones, il permet d’accueillir beaucoup de profils d’animaux, terrestres et aquatiques, ce qui est la promesse d’une belle biodiversité et d’un voyage plein de découvertes au gré des continents. Les 5 biozones sont :

  • Sahel-Soudan
  • Madagascar
  • Amazonie-Guyane
  • Europe
  • Patagonie

Ma première surprise en franchissant l’accès d’entrée est que l’on se sent vite perdu… Non pas dans le sens d’un dépaysement, ce qui aurait été top, mais d’un cafouillage dans les directions à prendre qui a vite fait redescendre notre excitation. Quoi qu’il en soit, moi qui pensait revenir avec un maximum de photos et bien ce ne fut pas le cas, beaucoup d’enclos étaient vides, et les animaux qui étaient dans leurs espaces de vie étaient pour la majorité cachés ou très éloignés pour conserver leur tranquillité. Cela me donnait un sentiment de culpabilité, j’avais l’impression que notre présence les gênait ou leur faisait peur…

    1. La biozone du Sahel-Soudan

Couvrant la plus grande partie du parc, la biozone Sahel-Soudan abrite de grands mammifères tels que des zèbres de Grévy, des lions et des girafes d’Afrique de l’ouest. Les animaux en eux-mêmes sont fabuleux : majestueux et impressionnants. Nous avons loupé les Rhinocéros blancs malheureusement…

Les Zèbres de Grévy

Girafes et Lions d’Afrique

Une jolie vidéo des lions (que je n’ai aperçu que de très loin) a été faite par le MNHN (Museum National d’Histoire Naturelle), pour les voir de plus près ces beaux gros matous !

        2. La biozone de Madagascar

Cette biozone comprend deux écosystèmes représentatifs de l’île : la forêt tropicale humide et la forêt tropicale sèche. En tout il y a une trentaine d’espèces dont de nombreux lémuriens, des caméléons, des tortues et divers amphibiens.

Parc zoologique de Paris (Zoo de Vincennes)

Le Grand Hapalémur (lémurien) et la Tortue Rayonnée

Avec sa queue rayée noire et blanche et ses petits yeux orange, le Maki Catta, un lémurien emblème de Madagascar :

Lémurien Maki Catta

Lémurien Maki Catta

    3. Amazonie-Guyane

Parc zoologique de Paris (Zoo de Vincennes)

Le Grand Tamanoir

En pénétrant dans la biozone Amazonie-Guyane, on s’immerge dans une contrée tropicale qui abrite une faune particulièrement diversifiée. Nous avons pu apercevoir les tapirs, un chien des buisson, et également un jaguar très loin au fond de son enclos (trop loin pour que je puisse le prendre en photo). Ce jaguar est le magnifique Aramis, précédemment à la Ménagerie du Jardin des Plantes à Paris où j’avais été le voir une bonne dizaine de fois, je posterai plus tard un article sur ce Zoo le plus ancien de Paris où je ne retourne plus car la petitesse des enclos pour les grands carnivores, jaguars et panthères, est juste inadmissible et me fend le coeur pour de tels animaux habitué aux grands espaces. Ici Aramis a un plus grand enclos qu’à la Ménagerie, mais en est-il plus heureux pour autant, je ne sais pas…

FORÊT TROPICALE SOUS LA GRANDE SERRE

Pour moi le plus bel endroit du Zoo est la Grande Serre tropicale« Auprès d’une cascade, croissent des grands ficus sur lesquels viennent s’accrocher lianes et plantes tropicales. De petits primates, sakis à face blanche et tamarins s’ébattent dans les branchages. Au détour du chemin, paresseux et grands tamanoirs se découvrent, tandis que de nombreux oiseaux volent librement dans ce décor luxuriant. Au pied de la cascade, nagent des lamantins, espèce emblématique de Guyane malheureusement menacée et des poissons osseux géants comme l’arapaïma et l’arowana. »

Cette serre est très belle, avec une végétation luxuriante qui nous donne l’impression de nous promener dans la forêt amazonienne dense et sauvage. L’air est chaud et humide, on entend le cri d’oiseaux exotiques qui volent au dessus de nos têtes et les arbres sont impressionnants.

Le Singe Laineux

Le Caïman Nain de Cuvier

Ibis rouge

Spatule Rose, Ibis Huppé, Ibis Rouge

Zoo de Vincennes Parc zoologique de Paris

Ibis rouge

Et voici l’imposant Lamantin des Antilles, magnifique et impressionnant de grâce dans sa façon de s’onduler en une espèce de danse légère dans son bassin où il semblait très heureux ; il mangeait une feuille de chou et venait se frotter contre la paroi de notre vitre pour notre plus grand amusement !

Lamantin des Antilles

Parc zoologique de Paris (Zoo de Vincennes)

Piranhas à ventre rouge

Tapirs

4. La Biozone d’Europe

Dans cette zone du parc qui se situe au pied du Grand Rocher, nous n’avons là encore quasiment rien vu… Nous avons déjà loupé la Volière des rapaces ainsi que la Cascade des loutres. Mais j’attendais surtout d’apercevoir le Loup ibérique, je suis restée un moment devant sa cage, mais rien, je ne sais pas si cet enclos était vide ou si le loup n’avait pas envie de montrer le bout de son museau, mais en tout cas nous sommes plusieurs à être repartis tristes de ne l’avoir vu. La très belle surprise a été par contre d’apercevoir de loin le Lynx de Scandinavie, qui nous regardait du haut de son rocher, avec un regard si noble et pur, il était vraiment magnifique.

À l’intérieur du Grand Rocher on trouve un Vivarium où des terrariums reconstituant le marais, la garrigue et la montagne sont peuplées de grenouilles, tritons, crapauds, tortues, lézards et serpents.

Parc Zoologique de Paris (Zoo de Vincennes)

Le Caméléon de Parson

Parc Zoologique de Paris (Zoo de Vincennes)

Caméléon de Parson

5. La Biozone de Patagonie

Une fois de plus, dans cette partie du parc, nous n’avons quasiment rien vu… Par exemple, les grands bassins ci-contre étaient vides… Voici pourtant le descriptif sur le site du Parc :

« La région de la Patagonie, située dans la partie méridionale de l’Amérique du sud, à cheval sur l’Argentine et le Chili, abrite dans ses superbes paysages une biodiversité riche et variée : les côtes rocheuses de la cordillère des Andes et les vastes plaines désertes de la steppe. Au Parc Zoologique de Paris, la Patagonie a été représentée dans un espace de plus de 16 500 m², elle présente 3 milieux : la pampa, les côtes rocheuses et la forêt andine.

LA PAMPA

La pampa ou steppe patagonienne, à la végétation rase et aux teintes froides, accueille des nandous de Darwin, parents de l’autruche, des maras ou lièvres de Patagonie et des guanacos, cousins du lama.

LES CÔTES ROCHEUSES

Les otaries à crinière se prélassent sur les rochers de la biozone Patagonie alors que les manchots de Humboldt vont et viennent dans un bassin voisin. Outre la vue plongeante sur le bassin, observez de près les évolutions subaquatiques des otaries à travers des parois vitrées. »

***

Cette petite excursion au Parc zoologique de Paris a été assez agréable. Comme je l’ai souvent dit il manquait beaucoup d’animaux et nous sommes repartis avec un petit sentiment de déception. Les restaurants  sont peu nombreux et proposent une alimentation faite de snacks rapides, ils ferment tôt par ailleurs. L’ensemble du parc manque également cruellement de végétation, les animaux, même s’il faut respecter leurs conditions de vie, évoluent souvent dans des espaces assez vides et étroits pour un zoo de cet envergure. C’est dommage…

J’attendais peut-être trop de ce Zoo qui est resté de nombreuses années en rénovation. Il abrite pourtant de nombreuses espèces protégées et en voie d’extinction, et je ne doute pas des bons soins qu’on donne aux animaux. C’est peut-être le concept même du Zoo qu’il faudrait repenser et créer plutôt des endroits comparables au Parc des Félins à Nesles (Seine-et-Marne 77) qui est un écrin de verdure où évoluent des animaux quasi en liberté tellement les espaces sont grands et pensés à leur mesure (même si ils restent en captivité et que cela ne sera jamais comparable à une vie sauvage dans leur espace naturel).

Dylan en tout cas a vu pour la première fois tous ces animaux incroyables et j’en suis heureuse. Des lions, des girafes, des zèbres, des lynx, des oiseaux de Paradis ! Et quelque chose me dit que ce ne sera pas la dernière fois ! ♡

A bientôt !

Sabrina